Projet

Projet : L’équipe se donne pour fonction d’explorer, d’exploiter, de diffuser et de valoriser le fonds Kessel. Elle compte travailler sur les aspects intellectuels et matériels des manuscrits en utilisant notamment les outils théoriques de la critique génétique et de la codicologie moderne et contemporaine. Ce fonds contenant plusieurs milliers de feuillets demandera un travail au long cours qui fera appel aux outils numériques les plus adaptés pour un tel cas de figure, notamment l’application MUSE (développée par le CMH/CNRS et l’ITEM/CNRS) qui permettra d’en faire une description détaillée (description matérielle et intellectuelle accompagnée des textes et des images numérisées) et de rendre disponible, de façon sécurisée, les manuscrits à l’ensemble de l’équipe pour une exploitation critique et éditoriale.

Cependant, l’équipe Kessel compte aussi jouer un rôle fédérateur pour tous les chercheurs travaillant sur l’œuvre de Joseph Kessel. A cet effet, un séminaire bimestriel autour de la thématique Écrire et réécrire le monde au XXe siècle, ouvert à tous, permettra aux spécialistes français et étrangers de partager leurs travaux regardant l’œuvre de Kessel, et plus largement les thématiques et les problématiques qui peuvent la concerner au XXe siècle : écritures mondialisées et migrantes, littérature médiatique, presse d’altérité et mondialisation, interférences entre grand reportage / récits de voyage / romans, figures d’écrivains-reporters mondialisées… Une journée d’étude interdisciplinaire (sémiologie, critique génétique, codicologie moderne et contemporaine, critique comparatiste, étude cinématographique, informatique, etc.) annuelle viendra clôturer ce séminaire et visera notamment à partager avec les doctorants et les chercheurs les outils utilisés par l’équipe Kessel.

Les recherches de cette jeune équipe s’organiseront dans un premier temps autour de la thématique exposée précédemment Écrire et réécrire le monde au XXe siècle, décomposée elle-même en deux axes :

1 – Quelle genèse pour Kessel ? (Serge Linkès).

Joseph Kessel avait pris l’habitude de travailler un même sujet du reportage jusqu’au roman (voire jusqu’à sa transposition cinématographique). Ce fut notamment le cas pour Fortune Carrée, roman associé au fameux reportage Marchés d’esclaves dont l’action prend place sur les côtes de la mer Rouge et du golfe d’Aden. Il en fut de même des écrits sur le Kenya dont Le Lion n’est que le point final après les séries de reportages de France-Soir, le recueil de La Piste fauve, etc. Ces cas méritent une attention particulière du point de vue génétique puisque nous disposons de l’ensemble des brouillons de ces chaînes rédactionnelles qui vont du réel à la fiction. Nous nous intéresserons notamment ici aux modalités de transfert d’une même thématique à travers différents types d’écrits mais en déplaçant le regard critique des textes édités aux avant-textes.

2 – Kessel, écrivain migrant/écrivain reporter/écrivain voyageur (Yvan Daniel).

Joseph Kessel est un écrivain migrant dans l’âme, né de parents russes en Argentine où il passa sa petite enfance, il grandit par la suite en France, à Nice, après avoir séjourné quelques années en Russie, à Orenbourg. Dès son plus jeune âge, il intégra donc la migration et le voyage comme un paradigme humain complexe, pluriculturel, d’une richesse incroyable, capable de faire naître de nouveaux imaginaires et de nouvelles manières de l’écrire. Kessel, « témoin parmi les hommes », questionna dans son œuvre de reportage aussi bien que dans son œuvre romanesque l’Histoire et ses événements, le monde, ses habitants, ses paysages et ses conflits, quasiment tout au long du XXe siècle. Le fonds Kessel qui conserve les traces de toutes ses pérégrinations offre une occasion inespérée de s’interroger sur ce thème d’actualité.

3 – Kessel et le reportage (Laurence Brunet).

Joseph Kessel est aussi un homme de terrain, un baroudeur qui publie non seulement ce qu’il voit mais aussi ce qu’il vit. Qu’il s’agisse de sujets de commande ou de sujets choisis par Kessel lui-même, c’est le plus souvent le journaliste qui parle en premier et c’est d’abord à travers ses mots – souvent repris par l’écrivain en d’autres circonstances et pour d’autres projets – que les lecteurs français découvrirent le monde et les aventures de Kessel sous la forme de séries d’articles publiées dans les plus grands quotidiens. Nous proposerons dans cet axe une approche sémiolinguistique du fonds Kessel en nous attachant à ce qui se passe avant le livre et l’écriture des romans, notamment en rendant disponible les articles et les reportages de presse et en procédant à l’analyse de ce matériel tant sur le plan de l’image que sur celui du texte.

Voir le : Répertoire des reportages, articles et documentaires de joseph Kessel


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.